Vincent Cespedes est un philosophe et un essayiste français. Entre l'intime et le politique, sa pensée s'organise autour de trois axes : la création de sens, la quête de l'efficience interpersonnelle et la critique sociale. Apprécié des médias pour ses positions franches et ses idées nouvelles, il intervient également dans les nombreux débats sur la citoyenneté, la prospective, l'amélioration des organisations et des pratiques professionnelles, tant dans le monde hospitalier qu'en entreprise, ou pour les grandes écoles, les institutions et les associations. 

 

Au sein de sa longue et riche bibliographie conjuguant politique, sociologie et psychologie, Vincent Cespedes aborde une grande diversité de thématiques ayant pour trait commun d’être profondément connectées à leur époque : l’amour (Je t’aime. Une autre politique de l’amour, 2003), l’engagement politique (Sinistrose. Pour une renaissance du politique, 2002), l’orthographe face à l’évolution des nouvelles technologies (Mot pour mot. Kel ortograf pr 2m1 ?, 2007), les violences urbaines (La Cerise sur le béton. Violences urbaines et libéralisme sauvage, 2002), etc. 

 

Il écrit en 2013 le premier traité théorique sur la sulfureuse notion d'"ambition" : L'Ambition ou l'épopée de soi ; un ouvrage dans lequel la passion et l'optimisme tiennent une place de choix. 

 

Son best-seller, L'Homme expliqué aux femmes (Flammarion, 2010, rééd. J'ai Lu, 2012), analyse la crise de la masculinité dans les pays occidentaux. L'auteur y décèle une « flemme d'aimer » provenant du conflit entre la « libre-sexualité » potentielle et la résurgence de modèles (dogme de l'exclusivité amoureuse, « néo-ascétisme », consumérisme) dont la fonction est d'endiguer toute forme de « libre-amour ». Sa critique de l'« encouplement » (le couple obligatoire) a connu un grand retentissement.

 

Son quinzième livre, Oser la jeunesse, est sorti en 2015 aux Éditions Flammarion ; l'auteur y dénonce la défiance des aînés vis-à-vis des nouvelles générations, et en appelle à un nouveau pacte intergénérationnel composé de six liens : les liens de transmission, d'engagement, de dépassement, d'humanité, de soin et d'inspiration.

 

Si Vincent Cespedes est amené à intervenir dans les médias pour présenter ses écrits, le philosophe est aussi fréquemment sollicité pour donner son éclairage sur l’actualité et participer à des débats de société, en France mais également à l’étranger.

 

Comme en témoigne les sujets abordés dans ses livres, l’œuvre de Vincent Cespedes se démarque par une volonté de démocratiser la philosophie, mais également de l’ancrer dans le réel en la connectant à notre quotidien. L’intellectuel milite ainsi pour une philosophie appliquée.

 

Cette thèse guide tout d’abord les 3 années pendant lesquelles il assure la direction de la collection « Philosopher » des Éditions Larousse. Le manifeste inaugural de cette dernière est d’ailleurs assez explicite : Mai 68. La philosophie est dans la rue ! (2008). Au total, 20 titres voient le jour.

 

A l’issue de cette expérience éditoriale (2008 - 2011), il développe une intense activité de conférencier. Il intervient aussi bien dans le milieu de l’entreprise, de l’éducation, de la santé et de la culture. C’est également à cette période qu’il met en place et anime le Philobarrio, un abécédaire philosophique sous la forme d’un cycle de 26 conférences thématiques.

 

En parallèle de ces interventions, Vincent Cespedes invente le Jeu du Phénix (Flammarion, 2011). Ce tout premier jeu de société philosophique permet, sur la méthode du questionnement, d’accéder à une meilleure connaissance de soi et du monde qui nous entoure et suscite l’émergence de nouvelles perspectives.

 

Il fonde en 2014 la société Matkaline, dirigée par Hà Giang et destinée à doter sa philosophie de nouveaux moyens de performance, autre que les livres et les conférences, notamment avec des ateliers interactifs et des applications innovantes pour smartphones et tablettes numériques. 

Récemment en 2016, crée aussi des applis philosophiques (Deepro, tests sur les valeurs humaines), détourne la technologie Video Facebook Live pour en faire un vecteur de "philosophie directe" (Dream Tanks, les agoravidéos citoyennes). C'est un aussi un compositeur, dont la musique est notamment jouée par l'orchestre de Moscou. Autant de champs d'intervention où ce quadragénaire donne libre cours à sa créativité intellectuelle et nous donne les clés d'un monde en devenir...

Facebook officiel : http://www.facebook.com/VincentCespedesPage

Twitter officiel : http://www.twitter.com/VincentCespedes